L’insécurité, le marronnier de Jean Didier Berger.

Article Alternatives Economiques

Article Alternatives Economiques

Persuadé que ce thème est porteur, qu’il peut lui permettre de gagner des voix, Jean-Didier Berger revient de façon très régulière sur les problèmes de sécurité à Clamart : sur son blog, sur des tracts… Sans oublier sa dernière tribune dans le magazine de la Ville, Clamart-Info.

Les  problèmes de sécurité, qu’ils concernent la petite incivilité ou la grande délinquance, doivent être abordés avec une  honnêteté intellectuelle rigoureuse.

Tandis que le sentiment d’insécurité persiste, les chiffres récents ne montrent nullement d’aggravation des crimes et délits affectant notre commune. Ainsi le commissariat de Clamart (qui couvre Clamart et le Plessis Robinson) se situe dans l’intervalle le plus faible pour le taux d’atteinte annuel à l’intégrité physique : entre 2,7 et 7,6 pour 1000 habitants. Clamart voisine ainsi avec  Neuilly, Rueil Malmaison, Saint Cloud ou Saint Maur des Fossés. Quant aux violences « crapuleuses », qui regroupent les vols avec violences (avec ou sans armes), les règlements de compte entre malfaiteurs, les homicides et prises d’otages en lien avec un vol, Clamart enregistre tout simplement, avec 0,6%, le plus bas taux pour Paris et les 4 départements de la petite couronne. Ce sont des faits !

Nos concitoyens ont le droit de connaître ces statistiques. Et comment les contester ? Peut-on valablement accuser la Police Nationale d’incompétence sur le territoire de Clamart et du Plessis Robinson ? Ou de complicité, et avec qui ? Peut-on suspecter la PN de ne pas assurer ses missions de la même façon sur tout le territoire régional ?

Quand on compare Clamart avec des territoires équivalents, il devient impossible de justifier une quelconque hantise sécuritaire. Laisser entendre comme le fait Jean-Didier Berger que Clamart deviendrait une zone de non-droit et ressemblerait au Chicago des années 30 est ridiculement faux et contribue, qui plus est, à alimenter à tort le sentiment d’insécurité de nos concitoyens.

Une équipe municipale responsable regarde donc les faits tels qu’ils sont, et s’attache à répondre aux attentes de la population, qu’il s’agisse de faits délictueux constatés ou d’inquiétudes. C’est bien la démarche entreprise dans notre Ville. Les lieux de rassemblement susceptibles d’accueillir des troubles ou de la délinquance sont surveillés. Les bâtiments publics sont sécurisés. La Ville se maintient à l’écoute des commerçants inquiets, et cherche avec eux les meilleures solutions. Elle travaille étroitement avec la Police Nationale, attribue des missions complémentaires précises et adaptées à la Police Municipale. La mise en place expérimentale de vidéocaméras, d’une équipe de médiateurs de tranquillité, atteste que toutes les méthodes sont testées, sachant qu’aucune n’est parfaite.  Mais céder à un délire sécuritaire serait le pire des comportements.

Jean Didier Berger, après avoir proposé de tripler les lignes de Clamibus, de financer l’enfouissement de la ligne THT, souhaite quadriller la Ville de policiers municipaux et de vidéocaméras… Toujours sans augmenter les impôts locaux ? Il rêve.

Heureusement, les habitants de Clamart, eux, ont les pieds sur terre.

Jean Luc PY

2 Commentaires

  1. clamartoise 2 novembre 2013 Répondre

    C’est vrai, il y en a assez d’entendre Monsieur Berger parler sans cesse d’insécurité à Clamart. Il ne doit pas y habiter pour colporter de tels propos ! Habitante du Haut Clamart, je me sens en totale sécurité dans mon quartier, et quelle que soit l’heure. Certes, je ne suis pas naïve, je sais bien qu’il y a des petits trafics, qu’il y a des cambriolages mais en grande majorité, les Clamartois n’y sont pas confrontés. La situation ne nécessite donc pas l’installation de caméras en nombre important. On sait que la maintenance de ce matériel est très coûteuse alors dans quelle dépense Monsieur Berger taillerait-il? Pas de réponse à l’horizon!

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*