Martin Schulz, un socialiste européen de cœur à la tête de l’Europe

M.SLa campagne pour les élections européennes, annoncée dès le 6 avril dernier sur le site du PS de Clamart, monte en puissance.

Jeudi 17 avril s’est ainsi tenu au Cirque d’Hiver, à Paris, le lancement de la campagne socialiste pour les Européennes. Pari risqué : vacances de Pâques, désarroi après la débâcle des Municipales… les socialistes allaient-ils se déranger ?
Eh bien oui ! La salle était bondée et de nombreux militants sont même restés dehors. Les socialistes sont décidés à remonter au front.

Pour quel enjeu ? Celui, primordial, d’une autre orientation de l’Europe. Depuis 10 ans, c’est la droite qui donne les orientations en Europe. C’est la droite qui a privilégié le sauvetage des banques et sacrifié l’emploi des jeunes, c’est la droite qui a permis le dumping social, c’est la droite qui a exigé l’austérité qui bloque la croissance. Or l’avenir de la France est solidaire des orientations prises en Europe, puisque 80% de nos lois sont les transpositions des lois européennes.

Et ce ne sont pas les nationalistes  qui apporteront des solutions. Pour Marine Le Pen et ses homologues en Europe, chaque problème a son  bouc émissaire mais jamais une solution. Les Le Pen père et fille n’ont servi à rien au Parlement européen ; ils ont empoché leurs indemnités, c’est tout ! Et comme le disait fort justement François Mitterrand : « Le nationalisme, c’est la guerre »
Nous devons être fiers de cette Europe qui a instauré l’amitié entre des peuples qui se sont massacrés pendant des décennies. Cette Europe de la paix est une réussite, il faut maintenant réussir l’Europe économique et sociale.

Le socialistes européens ont adopté un programme, « le Manifesto », et se sont mis d’accord pour que l’Allemand Martin Schulz soit leur candidat à la présidence de la Commission européenne. En effet, grande nouveauté de ce scrutin, le Parlement européen joue dans cette désignation un rôle déterminant.

Lorsque j’ai entendu le discours de Martin Schulz ce 17 avril, j’ai compris pourquoi il avait été choisi par l’ensemble des socialistes européens. Cet homme, d’origine modeste, est un homme de cœur,  qui s’exprime avec passion, émotion et sincérité. Et qui s’exprime, par ailleurs, dans un français irréprochable !

Son Europe, ce sera celle de la confiance et du respect entre les peuples, entre les citoyens : une Europe où les moyens de la « garantie jeunesse » pour l’emploi et la formation seront triplés, où un salaire minimum instauré dans chaque pays empêchera le dumping social, où la lutte contre les paradis fiscaux  (y compris à l’intérieur de l’UE) sera réelle, où les grandes entreprises devront payer leurs impôts là où elles font leurs profits, où l’égalité homme/femme s’appliquera…

La droite elle-même reconnaît qu’elle a échoué puisqu’elle veut changer l’Europe, mais elle ne parvient pas à aller au-delà des discours. Quant aux populistes de droite comme de gauche, ils  n’ont rien à proposer d’autre, en réalité, qu’à transformer notre continent en un champ de ruines.

Alors, oui, le 25 mai un seul tour pour envoyer une majorité socialiste au Parlement et Martin Schulz à la présidence de la Commission européenne.

Sylviane Germann

imagesCAFDDXVN

4 Commentaires

  1. Auteur
    Christiane B. 20 avril 2014 Répondre

    Les intervenant-e-s ont tous insisté sur l’égalité homme/femme à promouvoir en Europe. Accès aux mêmes fonctions, mêmes salaires, mêmes droits à disposer de soi-même… Toutes les pensées allaient alors aux femmes espagnoles à qui un gouvernement de droite a imposé des restrictions drastiques au droit à l’IVG. Et aussi aux pays de l’union où elles ne disposent même pas de ce droit !
    Najat Vallaud-Belkacem a lancé une pétition européenne « Aux candidats aux élections européennes : Pour une Europe des Droits des femmes ». Faites comme moi, signez-là :
    http://www.change.org/fr/pétitions/aux-candidats-aux-élections-européennes-pour-une-europe-des-droits-des-femmes?recruiter=61123126&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

  2. Marmotte du Jura 20 avril 2014 Répondre

    discours sincère d’un homme sincère. Finalement plutôt contradictoire avec les choix du gouvernement, non ? Les enjeux sont tellement graves que ce scrutin pourrait nous faire basculer. Abstention, méconnaissance des institutions européennes, désintérêt : il serait bon chers amis militants au moins d’organiser un débat. Quant à l’égalité Femmes-Hommes, n’oublions pas la mise au pilon il y a un mois ou deux du rapport sur ce thème. Le pire c’est que nos amis écologistes portent une lourde responsabilité dans cette relégation scandaleuse. Merci pour l’article.

  3. Sylviane Germann 21 avril 2014 Répondre

    Contradictoire avec ce qui se fait en France ? Evidemment, puisque nous devons appliquer les directives européennes (de droite!) et en particulier la marche forcée vers les 3% que justement Martin Schulz veut assouplir.
    Quant à l’ignorance de nos concitoyens à propos de l’Europe, c’est une évidence et ils vont malheureusement répondre à une toute autre question que celle de l’orientation de l’Europe.
    Trois débats sont prévus à la télévision : 28 avril, 15 mai, 20 mai.
    Nous, militants socialistes, allons, par ailleurs, essayer d’en organiser un.

  4. Auteur
    Guifette 21 avril 2014 Répondre

    Vous pouvez vivre (ou revivre) le meeting de lancement de la campagne des européennes, ou choisir d’écouter l’une des interventions (Martin Schulz, chapitre 8 ou Pervenche Bérès, chapitre 3, etc.) en allant sur
    http://www.parti-socialiste.fr/articles/revivez-le-meeting-europeen-au-cirque-dhiver-avec-martin-schulz

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*